Confessez-vous

Vos Confessions, un site de CI.

Vos Confessions > Secrets > Boulimie j’écris ton nom

Boulimie j’écris ton nom  New
Lecture : 206 fois - 1 Commentaire(s)
Confession ajoutée le 07/05/2012 par candysays

Confession :

Déambuler dans ces rayons de supermarchés devant tous ces biscuits ces gateaux. Avoir le geste en tete, ce geste, de se gaver, de manger d’avaler d’engloutir ; pour apaiser cette souffrance pour combler ce manque. Pour oublier la solitude. Pour ne penser à rien, pour se sentir toute blanche, soulagée. Angoisser dans les rayons avoir peur fuir. Avoir peur d’acheter par peur que tout finisse dans les toilettes

Flush the pain away
Flush the pain away

J’ai l’impression que ce n’est pas moi, que j’en avais fini, que c’était derrière moi, mais tout revient, toujours ce geste en tête, engloutir pour oublier, en mettre le maximum dans la bouche ; presque s’étouffer avec la nourriture ; cette nourriture qui fait si mal mais qui soulage

Comment gérer le stress autrement, comment gérer toutes ces émotions autrement. Je ne sais pas à qui parler, personne ne saurait comprendre, qu’à presque 24 ans je puisse me sentir encore si mal, dans mon corps dans ma peau. Impossible d’être aimée/ qui pourra m’aimer, découvrir ce que je suis réellement, toute cette noirceur ce coté sombres, ces sautes d’humeurs impossibles à gérer ces sensations de morts imminentes. Ces crises de larmes etouffées dans le métro.

Je voudrais juste qu’on m’aime aimez moi aimez moi mais vous parraissez si loin vous vous éloignez tous. Restez prés de moi je ne peux pas m’en sortir seule je ne suis pas forte je n’en n’ai pas le courage ce n’est qu’une façade, je ne suis qu’une petite fille paumée, je n’y arrive plus seule je n’y arrive plus je suis vidée
Est-ce qu’un homme qui arriverait comme par miracle dans ma vie réussirait à tout balayer, à mettre de coté tous ces doutes toutes ces angoisses ; il ne faut pourtant pas compter sur quelqu’un ou être dépendante, car une fois la personne partie tout serait encore pire. Tout serait encore pire

Cette irresistible envie d’engloutir jusqu’à en être écoeurée pq je le mérite d’être écoeurée tiens éclate ton estomac espèce de folle dégoutante. Hier j’ai fais une crise dans le métro. Est-ce que les gens ont remarqué ?

Les gens ne remarquent plus rien. Tout le monde s’éloigne et me laisse seule. Chacun fait sa vie et trouve son bonheur. Mais moi j’en suis toujours au même stade comme si je n’étais jamais sortie de l’adolescence. Comme si je n’avais pas vraiment avancé

Je ne sais pas comment ça va finir j’ai peur. Mon dieu aidez moi protégez moi de ces vieux démons


Vous avez aimé cette histoire ?



Retour à la catégorie Secrets


Commentaires de la confession Boulimie j’écris ton nom

2012-05-25 23:46:17  -  Chpy  
Ha... Le hasard fait parfois étrangement les choses... Errant sur internet sans but précis, juste pour oublier mes peines et ma mélancolie, je découvre ce site, et survolant quelques messages touchants j'arrive sur cette confession... Et là, un moment de vide, et toutes mes émotions qui reviennent d'un coup, tellement fortes... Ce que tu as écrit, on est nombreuses (au féminin car c'est un phénomène qui touche moins les hommes semble-t-il) à le vivre, à le ressentir, à étouffer ces cris. Même en le sachant, ça m'a fait beaucoup de bien de lire ton message, ça n'apaise pas la douleur mais ça réconforte un peu, quelque part. Il ne sera jamais trop tard pour trouver, ou construire, ton bonheur... Je ne sais pas si ça peut t'aider un peu, mais quelqu'un qui n'est pas au courant de ma boulimie (mais qui a senti mon mal-être), m'a dit une fois de ne pas me presser, qu'il fallait laisser le temps au temps et qu'en vieillissant, petit à petit, j'en viendrait à me sentir mieux. Peu importe que tu avances à la même vitesse que les autres ou pas. Honnêtement, tout ça, je n'y crois qu'à moitié... (J'ai 25 ans, combien de temps faudra-t-il pour que j'en sois capable, pour que je puisse réellement construire ?) Pourtant, je n'ai rien vécu de traumatisant, je n'ai objectivement aucune raison de me plaindre, j'avais tous les atouts en main pour réussir quand j'ai dérapé... Et le sachant, pourquoi est-ce que je sombre chaque jour un peu plus , creusant le gouffre qui me sépare de ceux qui m'entourent de mes propres mains ? Comme toi, je n'en sais rien. Comme toi, j'en veux aux gens de ne rien voir, alors que je fais tout pour cacher cette facette de moi, quelle ironie... Mais il faut continuer à avancer, chaque jour sans crise est une victoire, tellement éphémère, mais une victoire quand même. Chaque petit bonheur me fait vivre, faire sourire quelqu'un qui semble triste, aider une personne, même pour un motif insignifiant... Je me raccroche à ces petits riens, tant que j'y arrive. J'espère que tu pourras en faire autant, et que tu te sentira mieux, bientôt, c'est tout ce que je peux te souhaiter... Courage !

 1 / 1

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion

Confession suivante :

Pas de confession intime suivante

Confession précédente :
Un poids très lourd sur la conscience
Lecture : 1525 fois - 0 Commentaire(s)
Confession ajoutée le 05/07/2011 par 1x

Il était une fois, il y a 20 ans , une amie me donne rdv, me parle de ses problèmes de couple, sa va pas tres fort, se met a pleurer et je la prends dans mes bras et la, le piège, elle me saute dessus et je me suis laisse entraîné, tout les 2 mariés, moi j’avais un jeune enfant. Apres avoir fais l’amour, on avait des remords tout les deux, on s’es...

Partagez vos confessions, vos secrets et vos confidences...




Copyright 2008-2018 © Vos Confessions - Contact - Il y a 3 connectés