Confessez-vous

Vos Confessions, un site de CI.

Vos Confessions > Mensonge > Ma dégringolade

Ma dégringolade  New
Lecture : 819 fois - 0 Commentaire(s)
Confession ajoutée le 26/02/2010 par Christianne

Confession :

Salut, appelez moi Christianne. Ce n'est mon vrai prénom vous vous en doutez certainement, parce que je ne voudrais pas qu'on me reconnaisse.

Bien, j'ai bientôt 20 ans et je suis en 3ème année à l'université. En fait, j'aurais pu être en 5ème année. Je vais vous vous expliquer comment j'en suis arrivée là. Je suis entrée à l'école très tôt, à 2ans et demi, et à 8ans et demi, j'entrais en 6ème, après avoir sauté 2 classes. Très intelligente, j'ai toujours eu de très bonnes notes en classe et tout le monde était très fier de moi, depuis mes parents, en passant par les oncles, tantes, grand-parents, amis de mes parents, membres de mon église,... Bref, ça faisait l'unanimité, j'étais trop forte ! J'ai obtenu mon bac à 15ans et là il faut dire que j'ai fait parler de moi !

Dès mon plus jeune âge, j'avais toujours désiré être médecin. Ainsi, naturellement, je suis entrée en fac de médecine. J'ai dû m'installer dans un studio, car la fac n'est pas dans la ville où vivent mes parents: première erreur. Je ne suis pas du genre sociable, je suis plutôt introvertie, à la limite xénophobe. Donc je ne me suis pas intégrée dans le milieu et je dois dire qu'aujourd'hui, après 5ans, je ne le suis toujours pas. Je ne me sentais pas à l'aise au campus et je n'y avais aucun ami. En plus de cela, j'ai découvert que je n'aimais pas la médecine tant que ça. Donc je me suis mise à manquer les cours, personne n'étant assez proche de moi pour m'inciter à y aller. Je restais chez moi, seule, à longueur de journée et je me plaisais comme ça. Je n'étais pas si fière de mon comportement, j'ai vraiment pris des engagements, essayé de changer, mais je revenais sans cesse à mes anciennes habitudes. Les 2 premières années je m'en suis sortie pas trop mal, malgré le fait que je n'allais pas en cours. J'ai passé pour aller en classe supérieure (souvenez-vous que je suis trop forte). Mes parents ne se sont doutés de rien.

Mais la 3ème année a été la dégringolade. Rien ne m'horrifiait plus que les études médicales. J'ai bien essayé de le faire comprendre à mes parents mais ils sont trop optimistes. Il m'ont encouragé à travailler, m'ont assuré que j'étais trop intelligente pour abandonner... Bref, j'étais condamnée à le faire quand même. Je me suis efforcée de me concentrer sur les cours et tout ça, mais ça n'a rien donné. Mes heures d'absence se comptaient par centaines. J'ai même été convoquée au conseil de discipline et mes parents n'en ont rien su, bien sûr. Je n'ai pas validé l'année et j'ai dû aller au rattrapage. La déprime, quoi! Je n'ai même pas essayé de travailler quoi que soit et comme je m'y attendais, j'ai échoué. Pour la première fois dans ma vie, j'ai échoué. C'était une catastrophe, bien sûr. Je n'ai pas eu le courage de l'annoncer à mes parents. J'imaginais déjà la déception sur leur visage, sur celui de toute la famille, du monde entier. Je n'ai rien dit.

Au moment où les résultats étaient censés sortir, j'ai annoncé à mes parents que j'avais passé avec 12. Ce n'est pas ce que j'ai comme moyenne d'habitude mais pour eux c'était déjà ça. Ils étaient contents de moi. Moi, la culpabilité me rongeait. Même quand je suis retournée à la fac à la rentrée, ils n'en savaient encore rien. Un type de l'administration qui connait mon père l'a mis au courant et le pot aux roses était découvert. Je suis passée par des séances de confessions et de demandes de pardon. Inutile de dire que j'étais incapable de regarder qui que ce soit en face après l'énorme mensonge que j'avais proféré. Par chance, on m'a pardonné. Je me suis réinscrite en 3ème année. Le fait de redoubler était très étrange pour moi au début, mais j'ai fini par m'y habituer. J'avais pour objectif de passer en classe supérieure pour faire plaisir à mes parents, même si je détestais ce que je faisais. Au début j'ai vraiment travaillé, mais très vite, l'ennui est revenu, et pire que l'année précédente. Je ne me suis même pas présentée aux examens semestriels. Résultat de l'année:02 de moyenne. Ca, c'est le pire cauchemar qui puisse arriver dans ma famille, à part la mort. Je n'avais aucune envie de le dire à mes parents, donc j'ai mentit une fois de plus. Mais cette fois-ci j'avais décidé de me suicider car je ne voulais pas les affronter une fois qu'ils auraient tout découvert. J'avais déjà décidé de comment j'allais me donner la mort et quand. Comble de malchance... ou de chance, ils ont découvert mon mensonge avant. Re-confessions, re-demandes de pardon, re-honte. Mes parents étaient choqués au plus haut point. J'évitais les gens, je ne voulais voir personne que je connaissais parce qu'à chaque fois j'étais obligée de ré-expliquer ce qui avait bien pu m'arriver, moi, si intelligente avant!! Et l'école, l'école me dégoutait à tel point que je ne voulais plus y remettre les pieds.

Finalement, on m'a reconvaincu de continuer. Je suis en 3ème année de médecine pour la troisième fois et ce n'est pas facile. Mais cette fois-ci, j'y suis et on ne peut plus décider à m'en sortir, quoiqu'il advienne. Et je suis une thérapie.

Je sais ce que vous penserez tous en lisant ceci. Que j'aurais dû changer de filière ou m'obstiner à arrêter. Mais rien ne me passionne. J'ai beau chercher, je ne vois rien. Autant faire quelque chose quand même de ma vie et ne pas finir sans boulot!

Voilà, j'ai tout raconté de cette période de ma vie dont je suis peu fière. J'espère qu'il n'y en a pas qui sont dans la même situation que moi !...

Vous avez aimé cette histoire ?



Retour à la catégorie Mensonge


Commentaires de la confession Ma dégringolade

Aucun commentaire

Pour poster un commentaire, vous devez être connecté
Vous pouvez vous connecter sur la page de Connexion

Confession suivante :
15 ans de mensonge à mon entourage
Lecture : 2550 fois - 1 Commentaire(s)
Confession ajoutée le 07/05/2012 par

Bonjour Je suis mariée et j'ai une petite fille. J'ai un boulot, une famille qui m'aime. En gros j'ai tout pour être heureuse et pourtant je suis loin de l'être car j'ai un passé qui me colle à la peau et si on connaissait mes secrets les plus intimes je perdrait tout . Ado, j'étais croyante et pratiquante, tres studieuse et discrete. Je ne f...

Confession précédente :

Pas de confession intime précédente

Partagez vos confessions, vos secrets et vos confidences...




Copyright 2008-2021 © Vos Confessions - Contact - Il y a 1 connecté